Démission de Mgr Hervé Gaschignard : quelle signification pour l’Église ?

agrandir Mgr Hervé Gaschignard, le 5 novembre 2007.
Mgr Hervé Gaschignard, le 5 novembre 2007. © Stéphane Ouzoonoff / CIRIC
Mgr Hervé Gaschignard, le 5 novembre 2007.
Mgr Hervé Gaschignard, le 5 novembre 2007. © Stéphane Ouzoonoff / CIRIC

Ce jeudi 6 avril, la démission présentée par Mgr Hervé Gaschignard a été acceptée par le pape François. Des témoignages mettant en cause l’« attitude inappropriée » de l’évêque d’Aire et Dax dans sa relation aux jeunes ont conduit le Vatican à cette décision radicale, et d’une rapidité inédite.

À propos de l'article

  • Créé le 07/04/2017
  • Modifié le 07/04/2017 à 16:00
  • Publié par :Christophe Henning avec Marie-Yvonne Buss
  • Édité par :Estelle Couvercelle
  • Publié dans Pèlerin
    Pèlerin.com le 7 avril 2017; mis à jour le 10 avril 2017.

Les rumeurs s’amplifiaient depuis quelques semaines dans les Landes : le comportement de Mgr Gaschignard avec les jeunes était souvent équivoque, et suscitait un certain malaise. Même si, à l’heure actuelle, aucune victime n’a souhaité déposer plainte, dans le climat difficile d’une Eglise de France qui peine à régler le fléau pédophile, la démission surprise de l’évêque ajoute encore au trouble.

« L’engagement remarquable de Mgr Gaschignard dans la pastorale des jeunes n’aurait donc été animé que par une fascination malsaine ? », s’interroge, révolté, un catholique de Dax. Depuis sa nomination, il y a cinq ans, le jeune évêque – 58 ans en juin prochain – était très présent auprès des jeunes de son diocèse. Trop présent ? Il existe en effet un problème de « distance » dans la relation de l’évêque démissionnaire aux jeunes, a convenu son plus proche collaborateur, le P.Denis Cazaux, vicaire général, dans une interview à Radio Vatican.

En 2011 déjà, alors qu’il était évêque auxiliaire de Toulouse, Mgr Gaschignard avait fait l’objet d’un signalement auprès du procureur à l’initiative de Mgr Le Gall, évêque de Toulouse, averti de comportements déplacés lors d’un pèlerinage pour jeunes. Faute de plainte, le dossier avait été classé par la justice.

L’affaire se corse quand, début 2017, une famille s’adresse à Rome et dénonce l’évêque à la Congrégation pour la doctrine de la Foi. L’alerte est immédiatement prise au sérieux. Suivant la voie normale, le dossier est transmis au nonce apostolique (ambassadeur du pape en France), Mgr Luigi Ventura, qui prend en charge l’enquête avec le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et responsable de la province ecclésiastique dont dépend le diocèse de Dax.

Il ne découle rien d’une première rencontre avec une famille à Bordeaux. Mais le 21 mars, deux personnes au contact des jeunes dans le diocèse de Dax font part à nouveau de leur inquiétude, devant ce qui sera bientôt qualifié, plutôt maladroitement, d’« attitudes pastorales inappropriées ».

Questions insistantes sur sa vie affective et sexuelle à un jeune de 14 ans, propos déplacés, bisou « surprise » sur la joue et main posée sur la cuisse d’ une adolescente de 15 ans… Un comportement que le cardinal Ricard signale sans délai au procureur de la République. Mgr Gaschignard, bientôt informé de ce qu’on lui reproche, se présente spontanément au parquet de Mont-de-Marsan qui, pour l’heure et à défaut de plainte, n’a pas engagé de poursuites.


La confiance étant rompue, la responsabilité du diocèse devient impossible à assumer

Lors de l’assemblée plénière des évêques français qui s’est tenue à Lourdes fin mars, l’évêque de Dax semble très affecté. A son retour dans son diocèse, il annonce qu’il prend un temps de repos en raison d’une « fatigue liée à diverses causes ».

La confiance étant rompue, la responsabilité du diocèse devient impossible à assumer, et le nonce conseille à Mgr Gaschignard de présenter sa démission au pape. Dans des délais extrêmement courts, François l’accepte. Afin d’assurer l’intérim, et alors que la Semaine sainte s’ouvre ce dimanche, Mgr Bernard Charrier, évêque émérite de Tulle, a été nommé administrateur apostolique de ce diocèse essentiellement rural de quelque 400.000 habitants.

Les trois leçons à retenir de cette "affaire"

Que retenir de cette « affaire » ? Au moins trois enseignements. Premièrement, la rapidité inhabituelle avec laquelle le Vatican a réagi. Cette sévérité nouvelle constitue-t-elle une réponse à la démission solennelle de l’Irlandaise Marie Collins, le 1er mars dernier ? En claquant la porte de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, cette ancienne victime avait souhaité braquer les projecteurs sur l’immobilisme de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, accusée notamment de freiner toute sanction envers les évêques fautifs.

Reste qu’au delà de la mise à l’écart de Mgr Gaschignard, c’est également le sérieux dans le processus de désignation des évêques qui est ici pointé du doigt. Sachant qu’une nomination épiscopale est toujours précédée d’une enquête approfondie sur le postulant, comment le signalement fait en 2011 par Mgr Le Gall, qui avertissait, a minima, sur la fragilité affective de Mgr Gaschignard,  a-t-il pu échapper à la vigilance du nonce apostolique ? Et pourquoi le collège épiscopal ne s’est-il pas davantage emparé de ce qui constituait une très sérieuse alerte ?


Comment le signalement fait en 2011 par Mgr Le Gall, qui avertissait, a minima, sur la fragilité affective de Mgr Gaschignard,  a-t-il pu échapper à la vigilance du nonce apostolique ?

Deuxième enseignement, on n’attend pas seulement d’un homme d’Eglise qu’il ne commette pas d’actes pénalement condamnables – en l’espèce, il n’y a à ce jour aucun fait de pédophilie évoqué dans cette affaire. Mais on attend d’un prêtre, et a fortiori d’un évêque, « père » et pasteur de son diocèse,  un équilibre personnel et affectif avéré, sans lequel il ne peut exercer de responsabilité pastorale digne de ce nom.

En l’occurrence, le Vatican, qui intervient directement dans les dossiers concernant les évêques, a ici appliqué avec rigueur la récente lettre apostolique du pape François, intitulée « Comme une mère aimante » : ce texte de juin 2016 stipule qu’un évêque peut être démis de ses fonctions « s’il a objectivement manqué, de manière très grave, à la diligence qui lui a été demandée par son office pastoral. »

Enfin, troisième leçon à retenir, il semblerait que la communauté chrétienne hésite moins qu’auparavant à se mobiliser : si les familles concernées veulent garder l’anonymat, deux personnes engagées dans la pastorale des jeunes du diocèse soient intervenues auprès de Mgr Ricard « pour lui faire part de leurs interrogations et de leur malaise ». Ainsi, la vigilance face aux dérives et comportements « inappropriés », pour ne pas dire plus, s’affirme bien comme l’affaire de tous. Si l’épiscopat est responsable d’une Eglise saine, les chrétiens eux-mêmes sont habilités à veiller sur leurs pasteurs et doivent dénoncer les manquements graves.

 C’est dire le défi que doit relever l’Eglise aujourd’hui : sanctionner sans faiblesse tout nouveau manquement le plus élémentaire au respect des personnes, tout particulièrement des jeunes – c’est la « tolérance zéro » sur laquelle insiste le pape. Mais aussi s’interroger sur ses propres pesanteurs et résistances face au fléau de la pédophilie en son sein.


Qu’il n’y ait aucun doute ici : nul autre sujet n’est plus important pour la vie de l’Eglise. Si elle ne s’engage pas pour la protection de l’enfance, nos efforts d’évangélisation ne serviront à rien, nous perdrons la confiance de notre peuple et gagnerons l’opprobre du monde

→ avertissait le 27 mars le cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

Vos commentaires

2 Commentaires Réagir

démission forcée de Mgr gaschignard

Corot 28/04/2017 à 15:02

"On est dans l'incertitude" dit Mgr Pontier, ce qui veut dire que rien n'est clair dans cette affaire sinon la lâcheté des "Corinthiens" que sont les laïcs incapables de régler une affaire entre eux et l'évêque et utilisateurs de ... lire la suite

Chapeau à Pèlerin !

jean gauci 08/04/2017 à 05:54

"Chapeau à Pèlerin" : Pour sa réaction rapide, courageuse et limpide sur un sujet sensible qui fait tâche sur l'Eglise. On ne m'empêchera pas de penser aux causes profondes de telles déviations liées à la sexualité bridée des prêtres et ... lire la suite

Paru le 12 octobre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières