Gisèle Casadesus : "Je regarde toujours vers la lumière"

agrandir La commédienne Gisèle Casadesus nous a quitté le 24 septembre 2017. Elle était alors âgée de 103 ans.
La commédienne Gisèle Casadesus nous a quitté le 24 septembre 2017. Elle était alors âgée de 103 ans. © AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
La commédienne Gisèle Casadesus nous a quitté le 24 septembre 2017. Elle était alors âgée de 103 ans.
La commédienne Gisèle Casadesus nous a quitté le 24 septembre 2017. Elle était alors âgée de 103 ans. © AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG

La doyenne des comédiennes vient de nous quitter à l'âge de 103 ans. En 2014, elle soufflait ses cent bougies et nous avait ouvert la porte de son appartement.

À propos de l'article

  • Créé le 25/09/2017
  • Publié par :Laurent Djian
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    6863 du 12 juin 2014

Pèlerin. Ce qui vous passionne dans votre métier ?
N'avoir jamais cessé de jouer. Mon grand-père, un musicien catalan, multi-instrumentiste, avait décrété que les enfants de sa lignée seraient tous musiciens. Son vœu a été exaucé. Ou presque. J'ai commencé par faire du piano, puis de la harpe, mais au fond de moi, c'est de théâtre dont je rêvais. Je suis entrée au Conservatoire à 17 ans. Mes quatre enfants ont tous un métier en lien avec le milieu artistique. À croire que c'est dans nos gènes…

Ce qui vous pèse le plus ?
À la Comédie-Française, il y avait des clans. On pouvait percevoir des tensions insidieuses. J'ai souffert de ces mésententes et de ces mesquineries.

Ce qui vous fait rire ?
Les bêtises de mes petits-enfants et de mes arrière-petits-enfants.

La dernière fois que vous avez pleuré ?
J'ai perdu mon frère en mars. Il vivait dans une maison de retraite, j'avais l'habitude de l'appeler tous les matins. Encore aujourd'hui, il m'arrive de me diriger vers le téléphone, machinalement.

Votre principale qualité ?
J'ai bon caractère.

Votre principal défaut ?
Mon fils me dit souvent que je suis têtue. C'est sans doute vrai.

Votre péché mignon ?
Le sommeil.

Une raison d'espérer ?
En tant que croyante, je regarde toujours devant moi, vers la lumière.

Qui voyez-vous au paradis ?
Tous les proches qui m'ont précédée. À mon âge, il y en a beaucoup…

Pour vous, l'enfer, c'est quoi ?
La méchanceté des autres, le manque de compréhension.

Votre lieu de refuge ?
L'appartement où j'habite, qui est aussi celui où je suis née.

La Bible fait fait de ma vie, de ma respiration

Votre livre de chevet ?
La Bible. Je ne pars jamais en voyage sans elle. Elle fait partie de ma vie, de ma respiration, j'en lis un passage tous les soirs. Pour reprendre une expression de mon père, j'aime « bibloter ».

Un geste d'amour ?
La fidélité. Je n'ai connu qu'un seul homme, mon mari, et j'en suis heureuse.

Ce qui vous met en colère ?
La bêtise, le mauvais goût.

Un vœu, une prière ?
Vivre dans un monde en paix, un monde où les gens essayent de s'entendre au lieu de vouloir s'entretuer.

Qu'aimeriez-vous dire à Dieu ?
Déjà ? C'est passé tellement vite…

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 octobre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières