Virginie Lemoine : "Je prie chaque jour pour rendre grâce"

agrandir Virginie Lemoine : "Je prie chaque jour pour rendre grâce"
© Ludovic Baron (Détail)
Virginie Lemoine : "Je prie chaque jour pour rendre grâce"
© Ludovic Baron (Détail)

Signant la mise en scène de plusieurs pièces parisiennes, la comédienne est aussi sur les planches, dans une comédie policière, Piège mortel.

En confidences

À propos de l'article

  • Publié par :Nicolas Ponse
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    7015 du jeudi 11 mai 2017

Une bonne raison de vous lever chaque matin ?

Mon appétit de vivre intensément.

Ce que vous aimeriez changer en vous ?

Être moins inquiète et moins impatiente.

Quel est votre talent caché ?

J’ai un bon coup de crayon. J’adore dessiner des costumes en vue des spectacles.

Que trouve-t-on sur votre table de nuit ?

Une soucoupe d’eau pour mes chats.

Que reste-t-il en vous de l’enfant que vous étiez ?

L’envie de rire, de jouer. Je reste toujours connectée à l’enfance.

Si vous aviez une baguette magique, quel rêve réaliseriez-vous ?

Posséder un théâtre pour monter des pièces et voir briller les yeux du public. Pour moi, le théâtre, c’est la joie et le plaisir d’embarquer les autres avec soi.

Vous rencontrez Dieu en vrai. Qu’aimeriez-vous qu’il vous dise ?

« Tu as tenu tes promesses. » De toute façon, étant source d’amour, il ne me dirait que des paroles bienveillantes…

« Prier » rime avec…

Quotidien. Je prie chaque jour pour rendre grâce, j’allume des cierges dans les églises où je me trouve. Le catholicisme fait partie de mon identité profonde.

Ce qui vous met en colère ?

La notion de privilège, de passe-droit. Elle m’est totalement étrangère.

Ce qui vous fait peur ?

Les catastrophes écologiques, du fait de leur caractère irréversible.

Votre remède contre la déprime ?

Prendre conscience de notre confort de vie. Avoir un toit, prendre une douche, alors que tant de personnes, sur la planète, n’ont pas accès à ces choses élémentaires.

Un geste d’amour ?

L’attention constante portée à l’autre, même dans des choses infimes.

Chaque matin, j’offre un café et des biscuits à un SDF.

Quelle faute pardonnez-vous aisément ?

Je n’aime ni la vénalité ni les gens intéressés. En dehors de cela, je n’ai pas de « barème », à partir du moment où je perçois de la sincérité chez l’autre.

La musique qui vous fait vibrer ?

C’est très éclectique, de Frédéric Chopin à la musique de variétés. Avec une passion pour le compositeur russe Rachmaninov.

Votre devise ?

« Allez hop ! » Oui, je sais, c’est court…

Votre mot préféré ?

Partage.

Le mot que vous détestez ?

Égoïsme.

Votre héros du quotidien ?

Stéphane Corbin. Il a fondé l’association Le Refuge, qui vient en aide aux homosexuels rejetés par leur famille.

Pour vous, Jésus, c’est…

Un message d’amour universel qui me touche, et que j’essaie de faire mien.

Votre personnage préféré de la Bible ?

J’en ai deux, ex aequo : saint Luc et Marie Madeleine.



À voir : Piège mortel, Théâtre La Bruyère, Paris, jusqu'au 31 mai.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 octobre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières