Michèle Laroque : "Jésus ? Un saint qui a tout compris avant tout le monde"

agrandir Michèle Laroque : "Jésus ? Un saint qui a tout compris avant tout le monde"
© Jean-Jacques Descamps via Bestimage
Michèle Laroque : "Jésus ? Un saint qui a tout compris avant tout le monde"
© Jean-Jacques Descamps via Bestimage

Jalonnée de succès, sa carrière n'a jamais connu la crise. Rencontre avec une actrice exigeante avec elle-même.

En confidences

À propos de l'article

  • Publié par :Propos recueillis par Laurent Djian
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    7027 du jeudi 3 août 2017

La dernière fois que vous avez pleuré ?

C’était d’émotion, en regardant Glorious, un clip musical dans lequel le rappeur américain Macklemore célèbre les 100 ans de sa grand-mère. Une femme géniale, que l’on rêverait d’avoir dans sa famille.

La dernière fois que vous avez demandé pardon ?

Je demande souvent pardon à mon corps, notamment quand je mange trop gras ou trop sucré. Il faut savoir préserver sa santé.

Ce qui vous rend meilleure ?

Depuis le temps que j’observe les autres, je commence à bien connaître la nature humaine. J’ai appris à repérer les exemples à suivre... et ceux à ne pas suivre.

Ce qui vous fait peur ?

La peur transforme un individu, lui fait perdre ses moyens ou engendre des comportements dangereux. Le grand but de ma vie, c’est justement de me débarrasser de toutes mes peurs.

Votre remède contre la déprime ?

Savoir accueillir celle-ci, lui faire de la place pour essayer d’en comprendre la raison profonde, et ainsi la surmonter.

Un geste d’amour ?

Donner – un baiser, un coup de main – sans rien attendre en retour. Et, aussi, accepter la liberté de l’autre.

Si vous deviez exercer un autre métier, ce serait ?

Ethnologue ou sociologue. étudier une tribu au fin fond de l’Amazonie permet de découvrir le monde autant que de se découvrir soi-même.

Que trouve-t-on sur votre table de nuit ?

Des romans historiques de l’écrivain français Michel Zévaco (1860-1918, NDLR), un verre d’eau que je bois au lever, de la crème hydratante et quelques jolis objets, tels une bougie ou un bol laqué.

Votre devise ?

« Vive la liberté ! »

Vous avez un rendez-vous de cinq minutes avec le pape François. Quel sujet abordez-vous ?

J’aimerais en savoir plus sur son parcours et sur le chemin intérieur qui l’ont mené jusqu’à cette fonction suprême.

Pour vous, Jésus, c’est...

Un saint qui a tout compris avant tout le monde, un meneur qui a su rendre les hommes meilleurs.

Vous rencontrez Dieu en vrai. Qu’aimeriez-vous qu’il vous dise ?

S’il avait la gentillesse de m’aiguiller, de me donner les quelques clés que je n’ai pas encore trouvées, je lui en serais très reconnaissante. Prendre conscience que la vie ne dure pas éternellement, par exemple, permet d’éviter de nombreuses erreurs. Je regrette de ne pas l’avoir compris dès mon enfance.

« Prier » rime avec...

S’aider. Rien ne sert de quémander quelque chose si on ne se prend pas aussi soi-même en main, si on ne bataille pas pour l’obtenir.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières