Estelle Denis "J’apprécie la quiétude des églises"

agrandir Estelle Denis "J’apprécie la quiétude des églises"
© IBO / SIPA
Estelle Denis "J’apprécie la quiétude des églises"
© IBO / SIPA

Fan de football, elle est une des journalistes les plus pétillantes de la télévision. Rencontre avec une femme qui voit la vie en bleu… surtout pendant l’Euro.

En confidences

À propos de l'article

  • Publié par :Laurent Djian
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    6967 du 9 juin 2016

Pèlerin : La dernière fois que vous avez ri ?
Estelle Denis : Je ris de tout, tout le temps, même des blagues les plus nulles.

La dernière fois que vous avez pleuré ?
J’ai montré le film Un monde parfait de Clint Eastwood à ma fille. Et contrairement à elle, qui s’est un peu ennuyée, j’ai une nouvelle fois versé ma larme.

Une bonne raison de vous lever chaque matin ?
Prendre le petit-déjeuner en famille. Un moment sacré, car je rentre souvent trop tard le soir pour voir mes enfants.

Ce qui vous rend meilleure ?
Me fixer des défis, même futiles, comme réussir à courir 10 km en moins de cinquante-quatre minutes. Mission accomplie !

Votre remède contre la déprime ?
Pas besoin : je ne connais pas la déprime.

Un geste d’amour ?
Dire aussi souvent que possible « je t’aime » à ceux qui me sont chers.

Quelle faute pardonnez-vous facilement ?
Les fautes passionnelles, commises par amour.

Ce que vous aimeriez changer en vous ?
Ah, si je pouvais avoir un peu plus confiance en moi… J’aimerais aussi savoir prendre, des décisions plus rapidement. Au restaurant, c’est un enfer pour les serveurs : je change d’avis toutes les deux minutes.

Si vous deviez faire un autre métier, ce serait ?
Joueuse de poker ou agent immobilier.

Quel est votre talent caché ?
Venir à bout de puzzles extrêmement difficiles. Gamine, j’en ai même terminé un de 18 000 pièces, sur une table de ping-pong.

Votre devise  ?
« Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. » Je suis quelqu’un de pragmatique et de prudent, j’aime les choses planifiées longtemps à l’avance.

Quel est votre objet chéri ?
Quand je présente une émission, j’ai toujours besoin d’avoir un stylo ou un surligneur dans les mains.

Vous avez un rendez-vous de cinq minutes avec le pape François. Quel sujet abordez-vous ?
Je lui demanderais d’essayer de convaincre l’agnostique que je suis de l’existence de Dieu.

Vous rencontrez Dieu en vrai. Qu’aimeriez-vous qu’il vous dise ?
« Continuez, vous êtes sur la bonne voie. »

« Prier » rime avec…
Sérénité. Certes, je ne suis pas croyante, mais je me sens bien dans une église. J’apprécie la quiétude qui s’en dégage, les gens qui chuchotent, ce profond respect pour le sacré.

Plus jeune, j’adorais allumer des cierges avec mes grands-parents, et je continue de le faire aujourd’hui avec mes enfants. Une célébration à l’église me bouleverse, contrairement à un simple mariage en mairie.

J’ai récemment assisté à une messe à l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Quelle splendeur ! Quelle émotion !

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 19 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières