Dans l'atelier d'icônes du Père Egon Sendler à Versailles

agrandir Le nonagénaire est étonnamment jeune, sa main guide sans hésiter le pinceau vers la "juste" couleur.
Le nonagénaire est étonnamment jeune, sa main guide sans hésiter le pinceau vers la "juste" couleur. © Céline Anaya Gautier
Le nonagénaire est étonnamment jeune, sa main guide sans hésiter le pinceau vers la "juste" couleur.
Le nonagénaire est étonnamment jeune, sa main guide sans hésiter le pinceau vers la "juste" couleur. © Céline Anaya Gautier

Diaporama sonore. Le Père Egon Sendler a aidé à réveiller l'intérêt de l'Occident pour l'art de l'icône. Dans son atelier à Versailles, retrouvez ses élèves qui expliquent les étapes de la fabrication d'une icône.

À propos de l'article

  • Créé le 31/07/2013
  • Publié par :Evelyne Montigny
  • Édité par :Marine Bisch
  • Publié dans Pèlerin
    6756

Dans l'atelier Saint-Georges à Versailles, le maître Egon Sendler  aime travailler au milieu de ses "élèves". Du jésuite penché sur une icône, on n'aperçoit que sa chevelure blanche.

Dans le tohu-bohu de l'atelier où se mêlent conversations et chants russes, il est si recueilli que l'on ne sait s'il peint ou s'il prie. Le nonagénaire est étonnamment jeune, sa main guide sans hésiter le pinceau vers la "juste" couleur.

La grâce juvénile de son sourire, qui s'accorde avec ses yeux bleus rieurs, et sa voix, teintée d'un léger accent allemand, traduisent une authentique force tranquille. "L'iconographie se pratique dans la paix du cœœur et l'humilité", affirme-t-il.

Par l'icône s'exprime la présence de Dieu et son mystère : "Une présence de l'indicible qui jaillit de la matière." L'icône n'est pas juste un art religieux. Elle est par essence un art théologique et liturgique, dont le rapport aux Écritures et à la tradition iconographique est fondamental.

Selon le maître, on entre en "écriture d'icône" en étant un instrument au service de Dieu. Grâce à ce que l'on nomme la "perspective inversée", la personne représentée vient à la rencontre de celui qui la regarde. Un dialogue s'instaure ainsi entre la personne qui peint et celle représentée.

S'il est aujourd'hui l'auteur d'ouvrages de référence, le but du maître est que chaque personne qu'il initie à cet art découvre une relation privilégiée avec Dieu. L'icône n'est pas une copie : "Dans l'icône, chacun apporte ce qu'il est. Chacun y exprime sa résonance intérieure", ajoute le prêtre, qui juge cette distance nécessaire afin de se détacher du modèle et d'en faire son interprétation, en restant dans les canons de la tradition.

Atelier Saint-Georges - École Sainte-Geneviève, 2 rue de l'École des postes, 78000 Versailles.

► Diaporama sonore. Retrouvez les élèves du P. Egon Sendler dans son atelier d'icônes à Versailles. Ils nous dévoilent les différentes étapes de la fabrication d'une icône.



Céline Anaya-Gautier

Céline Anaya Gautier, 34 ans. En 2003, son investissement dans l’'action humanitaire auprès d’'enfants de Lima atteints du sida lui donnera le thème de son premier reportage.

Elle accompagne durant deux années des femmes de la rue afin de témoigner sur leur exclusion et leur souffrance. S'’en suit un travail sur les coupeurs de canne à sucre haïtiens dénonçant les conditions d'’esclavage dans les plantations dominicaines.

 

Ses publications :
 - Cœœur de femmes , éditions de la Martinière.
 - Esclaves au paradis , éditions Vents d’ailleurs.
 - Le vrai goût du Cambodge , avec Songmala Lambert, éditions Aubanel.

Prix et distinctions
 - Finaliste du grand prix Care International du reportage humanitaire en 2006.
 - Lauréate du prix de l’enquête du Festival du Scoop d’Angers en 2007.

L'exposition « Esclaves au paradis » tourne dans tous les pays depuis 2006.

■ Elle a déjà réalisé un diaporama sonore pour Pèlerin : La Vierge noire de Rocamadour chemine vers Saint-Jacques-de-Compostelle où elle a partagé pendant 9 jours la vie des jacquets au cours de leur exceptionnel périple de Rocamadour à Compostelle.

Son site : www.celineanayagautier.com

Père Egon Sendler l'icône c'est Dieu présent

L'article "L'icône, c'est Dieu présent" est à lire dans Pèlerin n°6756 du 24/05/12

Egon Sendler a aidé à réveiller l'intérêt de l'Occident pour l'art de l'icône. Rencontre avec un jésuite iconographe aussi humble qu'attachant, qui depuis plus de cinquante ans, favorise l'œœcuménisme et enseigne à des disciples du monde entier.

■   Trouvez Pèlerin chez le marchand de journaux le plus proche de chez vous (entrez "Pèlerin" puis votre adresse postale).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 novembre 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières