"Cette correspondance avec une carmélite m'a aidée à vivre"

agrandir "Cette correspondance avec une carmélite m'a aidée à vivre"
© Aurélie Garnier
"Cette correspondance avec une carmélite m'a aidée à vivre"
© Aurélie Garnier

Quand Antoinette, 79 ans, retraitée, raconte ses 22 ans de correspondance épistolaire avec une carmélite… 

À propos de l'article

  • Publié par :Propos recueillis par Dominique Lang
  • Édité par :Laurence Faure
  • Publié dans Pèlerin
    7006 du Jeudi 9 mars 2017

J’ai eu trois enfants. Deux d’entre eux ont été diagnostiqués, assez jeunes, comme étant atteints de la maladie de Crohn, une inflammation chronique des intestins. Il y a une vingtaine d’années, ils ont été hospitalisés tous les deux en même temps. Mais pas dans le même hôpital parisien.


La supérieure de la communauté carmélite me répondit de façon extraordinaire et réconfortante

En rentrant du travail, à vélo, j’allais visiter l’un et l’autre. Un matin, j’entendis, sur Radio Notre-Dame, une communauté de carmélites chantant l’office. Au terme de la journée, découragée, je repensai à ces sœurs.

Leur « travail » n’est-il pas la prière ? Peut-être qu’en leur confiant mes soucis et mes intentions, elles pourraient nous aider à passer ce cap difficile ? Je décidai donc de leur écrire et j’envoyai ma carte postale comme on lance une bouteille à la mer.

Miracle ! La supérieure de la communauté carmélite me répondit de façon extraordinaire et réconfortante. Ce fut le début d’une correspondance qui a duré vingt-deux ans, jusqu’à la mort de cette religieuse, il y a un an.

Je sens cette femme encore présente à mes côtés. Cette correspondance m’a aidée à vivre, d’autant plus que je suis veuve depuis une dizaine d’années. C’est cela la communion des saints, pour moi. Ces échanges ont été comme un trésor que je garde précieusement.


Cette correspondance m’a aidée à vivre, d’autant plus que je suis veuve depuis une dizaine d’année

Tout au long de ces années, cette religieuse n’a jamais porté de jugement sur les événements de ma vie. Je suis aussi allée la rencontrer, plusieurs fois. C’est extraordinaire de constater que ces femmes cloîtrées ne sont pas du tout coupées du monde : elles lisent les journaux, se tiennent au courant de l’actualité.

Et elles sont rayonnantes de cette vie donnée. Je sais que leur vocation n’est pas d’abord d’entretenir des correspondances, car elles sont bien occupées par divers travaux et tâches quotidiennes. Je rends d’autant plus grâce pour cette « rencontre » providentielle.


Avis aux lecteurs de Pèlerin

Chères lectrices, chers lecteurs, cette rubrique vous est ouverte. Vous souhaitez témoigner d’une rencontre qui vous a fait sentir la présence de Dieu, d’un événement qui a modifié votre vision de l’existence ?

Racontez-nous brièvement cette expérience spirituelle, nous vous contacterons.
pelerin@bayard-presse.com

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 23 mars 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières