Saint-Étienne-du-Rouvray : l'émotion gagne Cracovie

agrandir De Cracovie, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, réagit suite au drame de Saint-Etienne-du-Rouvray.
De Cracovie, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, réagit suite au drame de Saint-Etienne-du-Rouvray. © J.M. Gautier/CIRIC
De Cracovie, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, réagit suite au drame de Saint-Etienne-du-Rouvray.
De Cracovie, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, réagit suite au drame de Saint-Etienne-du-Rouvray. © J.M. Gautier/CIRIC

Les réactions recueillies par Mikael Corre, notre envoyé spécial aux JMJ de Cracovie.

A Cracovie, devant la tente bleue du QG France, transformé en centre de crise après le drame de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, réagit : « C’est de la folie. L’Eglise catholique est atteinte dans sa chair et dans une symbolique très forte : au cours de l’Eucharistie, dans une petite communauté qui ne peut pas imaginer que l’on va venir la meurtrir. Les attaques ne surviennent pas qu’en ville, lors de grands rassemblements, mais partout. C’est ce qui marque tous les Français, croyants ou non. Cet acte était impensable. Et cela discrédite les auteurs de cet assassinat quels qu’ils soient : ce sont des choses qu’un être humain ne devrait pas pouvoir faire. »

Derrière une porte fermée, les jeunes du diocèse de Rouen sont rassemblés, à l’écart des journalistes, sur un terrain de tennis. Ils ont entendu leur archevêque, Mgr Dominique Lebrun qui, avant de partir en urgence rejoindre son diocèse, leur a dit, avec beaucoup d’émotion, sa peine mais aussi les a invités à prier, à ne pas baisser les bras, à construire cette « civilisation de l’amour » que Jean-Paul II a voulu en créant les JMJ.

« Ces jeunes vont vivre ces JMJ de manière particulière, comme ceux de Nice mais ils seront aussi portés par tous les autres qui seront solidaires, assure Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole des évêques de France. Tant d’autres jeunes, ailleurs dans le monde, vivent cela au quotidien. Ces JMJ seront un message : il est possible de vivre unis, solidaires. »

>>> A lire aussi : "Cet attentat ne changera pas les JMJ" Joseph, 21 ans. <<<

Aux catholiques en France et à l’ensemble des Français, le porte-parole des évêques de France adresse ce message : « Si nous nous enfermons dans des logiques de division, le pire est possible. Si nous acceptons de continuer à nous donner aux autres - ce que le P. Jacques Hamel, de Saint-Étienne-du-Rouvray, a fait toute sa vie de prêtre dans l’anonymat le plus complet -  alors ce monde sera vivable. »

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 18 janvier 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières