Angela Merkel reçoit le "Nobel catholique"

agrandir Le P. franciscain Mauro Gambetti remet à Angeka Merkel  la Lampe de saint François, dans la basilique Supérieure de saint François d'Assise.
Le P. franciscain Mauro Gambetti remet à Angeka Merkel la Lampe de saint François, dans la basilique Supérieure de saint François d'Assise. © Andreas Solaro / AFP
Le P. franciscain Mauro Gambetti remet à Angeka Merkel  la Lampe de saint François, dans la basilique Supérieure de saint François d'Assise.
Le P. franciscain Mauro Gambetti remet à Angeka Merkel la Lampe de saint François, dans la basilique Supérieure de saint François d'Assise. © Andreas Solaro / AFP

La chancelière allemande Angela Merkel a reçu, le 12 mai, à Assise (Italie), la lampe de la paix de saint François.

À propos de l'article

  • Créé le 14/05/2018
  • Publié par :Sabine Harreau
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    15 mai 2018

Dans la basilique Saint-François d’Assise, les franciscains ont remis à Angela Merkel la Lampe de la paix de saint François, considérée comme le prix Nobel catholique. La chancelière allemande a été distinguée « pour son travail de réconciliation favorisant la coexistence pacifique entre les peuples », ont indiqué les moines franciscains.

Une récompense pour son travail de réconciliation favorisant la coexistence pacifique entre les peuple.

Dans son discours, la chancelière allemande, fille d’un pasteur protestant, a notamment évoqué le défi migratoire : « si nous voulons créer la paix, nous ne devons pas penser seulement à notre bien-être. Nous avons le devoir de nous occuper, avec nos voisins, de trouver une solution ».

Si nous voulons créer la paix, nous ne devons pas penser seulement à notre bien-être.

Peu connue du grand public, la Lampe de la paix de saint François, ce « Nobel catholique » récompense des personnalités pour leur engagement civil, politique ou culturel. Elle est « un don qui, nous l’espérons, nourrit l’esprit programmatique des gouvernants en le tournant toujours plus vers la recherche du bien commun, du développement et des rapports entre les peuples sur la base de principes tels que le soin de la maison commune, le partage et l’intégration », a expliqué le père Mauro Gambetti, custode du couvent d’Assise.

Ce « Nobel catholique » récompense des personnalités pour leur engagement civil, politique ou culturel.

En remettant la Lampe de la paix à sa récipiendaire, le père Mauro Gambetti a souligné les valeurs partagées par la chancelière, tels que « le respect et l’engagement en faveur de la maison commune », l’invitant aussi à appeler « les forces civiles d’Europe à imprimer un mouvement de croissance à l’Histoire du continent et du monde entier ».  

Le prix a été remis pour la première fois en 1981 à Lech Walesa.

Parmi les autres personnalités qui ont reçu cette récompense : le Dalaï Lama, Jean-Paul II et Mère Teresa de Calcutta (1986), Yasser Arafat (1990), le prix Nobel pour la paix, l’Irlandais Betty Williams (1995), le prix Nobel pour la paix de Timor Est, Mgr Carlos Felipe Ximenes Belo (1997), Mikhaïl Gorbatchev (2008), Ingrid Betancourt (2009), Mohamed ElBaradei (2009), Benoît XVI (2011), Shimon Peres (2013), Mahmoud Abbas (2014), le pape François (2015) et en 2016 Juan Manuel Santos, le président sortant de la Colombie, pour son engagement en faveur du processus de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 10 mai 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières